Je suis manager et je manque de confiance en moi

 

Afin d’exprimer pleinement son leadership, un meneur doit avoir une bonne confiance en lui. Il peut être amené, en prenant certaines décisions, à s’opposer aux autres. Il ne faut pas qu’il donne l’impression d’hésiter, sinon il n’emportera jamais l’adhésion de ses collaborateurs.

 

La confiance en soi peut se définir comme une prédiction que l’on a les compétences pour faire face à une situation particulière. Elle est toujours le résultat d’une accumulation d’expériences. Il s’agit d’une certitude partielle, d’une croyance, qui s’applique à un domaine particulier et à un moment donné.

 

Le danger est de rentrer dans une boucle de confiance en soi négative. Ce cycle se caractérise par:

      Une perception neutre des succès: le crédit de la réussite est donné aux autres ou aux circonstances (« j’ai eu de la chance, je n’y suis pour rien », « ce sont les autres qu’il faut remercier »).

      Une perception négative des échecs: ceux-ci contribuent à une réduction progressive de la confiance (boucle négative).

 

Dans une boucle de confiance en soi positive, les succès et les échecs sont perçus différemment. Ce cycle se caractérise par:

      Une perception neutre des échecs : une haute confiance en soi permet de relativiser. Les échecs sont perçus comme des opportunités d’apprentissages.

      Une perception positive des succès : la contribution personnelle est reconnue et valorisée. Les succès contribuent au renforcement progressif de la confiance en soi (boucle positive).

 

 Voici quelques ingrédients pour bâtir sa confiance en soi:

1.    Accumuler de l’expérience: il faut pour cela savoir s’impliquer pour accumuler de l’expérience. Cela demande donc de prendre certains risques et de s’accorder le droit à l’erreur.

2.    Evaluer les résultats: il ne suffit pas d’accumuler de l’expérience; il faut aussi en tirer les leçons appropriées. Autrement, on ne ferait que répéter les mêmes erreurs à l’infini ou reproduire une « recette magique » sans en connaître les limites.

3.    Innover volontairement: si on répète toujours les mêmes gestes, on ne peut maîtriser que ceux-ci. Apprendre à innover et adapter ses façons de faire permet de mieux s’adapter aux nouvelles situations.

4.    Prendre des risques calculés: pour augmenter les chances de succès, il faut rester réaliste, c’est-à-dire s’appuyer sur ses forces et respecter ses faiblesses.

5.    Fêter les succès: prendre du recul pour savourer un succès permet de valoriser les actions prises.

 

Mais attention, une confiance en soi excessive peut mener droit dans le mur.

 

Point Coaching: qu’allez-vous faire pour construire votre confiance en vous ?

 

A bientôt,

Damien

 

Damien Colmant, Eveilleur de potentiel et fondateur d’Extend Coaching.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :